L’infrastructure de bureau virtuel (VDI) et son fonctionnement

Uncategorized

Dans un environnement professionnel en constante évolution technologique, les entreprises ont besoin d’une infrastructure flexible pour répondre aux diverses demandes de ses employeurs en matière de postes de travail, d’applications et d’accès aux données. Une solution plus logique consiste à implémenter une infrastructure de bureau virtuel (VDI).

Qu’est-ce que l’infrastructure de bureau virtuel ou VDI ?

L’infrastructure de bureau virtuel (VDI) est tout simplement la réplique virtuelle d’un ordinateur PC au bureau. Autrement dit, il s’agit de la virtualisation d’un poste de travail pour être exécuté sur le serveur. Les utilisateurs finaux peuvent alors se connecter à des machines virtuelles (VM) et les utiliser comme leurs propres bureaux via des terminaux mobiles. L’installation d’un tel système requière l’intervention d’un intégrateur de solutions informatiques. NextHope Madagascar justifie de plusieurs années d’expériences dans ce domaine. Ayant Ranarison Tsilavo comme CEO, l’entreprise mise sur ses collaborations à long termes avec les sociétés informatiques comme VMware, Microsoft ou encore HP pour fournir les solutions les plus adaptées aux besoins des clients.

Quels sont les avantages d’utiliser l’infrastructure de bureau virtuel ?

Gestion des coûts des matériels

L’infrastructure de bureau virtuel permet aux entreprises de concentrer en majeure partie leur investissement de matériels informatiques dans le centre de données. Elles peuvent ainsi fournir des ordinateurs et des périphériques à moindre coût à leurs employés, car la plupart des travaux informatiques sont effectués dans le Data center.

Travail à distance

La virtualisation des postes de travail (une autre appellation du VDI) facilite la mise à jour du système d’exploitation de manière centralisée au lieu de les gérer individuellement. À l’inverse, les utilisateurs finaux peuvent travailler n’importe où et à tout moment. Ils peuvent accéder à leurs postes de travail à distance via leurs tablettes ou leurs Smartphones.

Sécurité

Le VDI donne aux administrateurs un contrôle de sécurité centralisé sur chaque utilisateur autorisé à accéder aux données et aux applications. De plus, toutes les données d’entreprise résident dans le centre de données plutôt que sur des machines individuelles, ce qui réduit le risque de fuite de données en cas de perte ou de vol de l’appareil.

Quels sont les éléments de base qui composent le VDI ?

Les fonctions suivantes sont ajoutées en tant que composants majeurs de la virtualisation des postes de travail (VDI) :

Le serveur:

Le premier fondement de la virtualisation des postes de travail est le serveur. Le serveur de distribution OS/app est responsable de la gestion et de la distribution de l’image des paramètres du système d’exploitation de la machine virtuelle.

L’hyperviseur

Ce logiciel héberge et exécute les machines virtuelles. Il divise les ressources physiques du système d’exploitation dans le serveur du data center et les alloue aux bassins de PC virtuels (un groupe de machines virtuelles identiques) qui s’exécutent dessus depuis un seul serveur physique.

Le courtier en connexion

Le connection broker est responsable de la connexion entre l’utilisateur et la machine virtuelle. Il est chargé d’authentifier et de diriger l’utilisateur connecté vers le PC virtuel adapté à celui-ci.

Serveur de stockage

Le stockage est un périphérique pour stocker des données. À mesure que le nombre de bureaux virtuels augmente, le stockage fourni sur le serveur ne sera pas suffisant. Dans ce cas, il faut ajouter un serveur de stockage pour y stocker toutes les données, les applications, les fichiers et autres fonctionnalités sur le serveur.

OS client invité

Il s’agit du système d’exploitation à installer sur la machine virtuelle créée par l’hyperviseur. Son rôle est de fournir un système d’exploitation pour les applications qui ne fonctionnent pas avec l’OS hôte.