Switch Cisco pour les petites entreprises

Construteurs partenaires

Un switch est ce qui permet aux données des entreprises d’être échangées librement en toute sécurité. Il connecte plusieurs ordinateurs entre eux ou avec d’autres appareils et éléments comme les imprimantes et les serveurs. Le tout forme alors un gigantesque parc informatique qui est géré et amélioré grâce au switch. Le réseau devient plus performant, car la consommation de bande passante est significativement réduite. Les commutateurs Cisco sont de toute sorte et il y a l’embarras du choix. Il y a des solutions de commutation qui sont particulièrement adaptées aux petites entreprises et à leurs besoins.

Le switch Cisco qui convient selon l’activité et le besoin

commutateur Cisco Systems Ranarison Tsilavo

Un switch peut relier plusieurs éléments à la fois grâce à l’existence de nombreux ports qui peuvent être au nombre de 4, de 8 ou de 16 comme ceux disponibles chez Mass’In. Le nombre de ports peut atteindre une centaine, c’est selon les besoins de l’entreprise. Le switch Cisco pour les petites entreprises se décline en plusieurs types, mais ils peuvent être catégorisés en commutateurs gérés en nuage et en commutateurs gérés sur place.

Les premières catégories de commutateurs sont surtout adaptées à ceux qui recherchent la simplicité. La gestion du réseau est centralisée et permet donc d’avoir une vue globale et approfondie de l’ensemble. Le commutateur en nuage met à jour automatiquement le réseau et la surface utilisateur est facile à manipuler. Ce type de switch est idéal pour les petits locaux avec peu d’appareils, mais il est cependant performant, car a une capacité de 1 gigabit minimum et est souvent empilable.

Les commutateurs gérés sur place permettent un contrôle plus avancé et plus précis du parc informatique. Toutes données partagées, entrant et sortant, sont vérifiées de sorte à garantir une sécurité maximale. La connexion Ethernet de ce type de switch Cisco peut atteindre jusqu’à 10 gigabits. Sa configuration est allégée avec l’aide des assistants et de l’empilage. Cependant, un intégrateur Cisco Madagascar peut également prêter main forte à la gestion de nombreux commutateurs physiques en cas de difficulté.

Les configurations à prendre en compte

Connaître la bonne catégorie de switch est primordial pour disposer de celui qui convient le mieux aux petites entreprises, mais certaines caractéristiques devraient aussi être mieux étudiées. Le nombre de ports dépend particulièrement du nombre d’appareils à connecter. La capacité de transfert et les vitesses de communication peuvent aussi être des critères de sélection de switch. Le CISCO SF110D disposant de 16 ports a, par exemple, une capacité de commutation de 1,6 gigabits et une capacité de transfert de 1,4 mbps. Ces configurations sont amplement suffisantes pour les besoins informatiques à Madagascar d’une PME.

Pour économiser et pour ne pas gaspiller les ressources, il est tout aussi important de connaître le niveau d’alimentation nécessaire aux besoins de l’entreprise. Il existe donc des normes correspondantes à chaque puissance désirée. 802.3af est la norme la plus vulgarisée, car convient à presque tous les terminaux. Le type de commutateur Cisco doit également refléter les usages futurs. Un switch autonome sera toujours configuré en tant qu’élément distinct et géré un à un. Avec un empilable, cependant, il est possible de les administrer globalement. Ils ne forment plus qu’une seule entité, même s’il y a plus de 5 commutateurs avec 48 ports chacun.